Pages

Monday, November 22, 2010

[LIVE REPORT] Jamiroquai Live @ l'Arc, Paris


Live pictures by Pierre d'Argy
Pour lire cet article en français cliquez sur "more more more"

It's always painful to see notice that you love a band for what it used to be rather than for what it actually is. That's my thing with Jamiroquai.

From the band's beginnings in the early 90s to the en doff their reign in the mid 00s, Jay Kay and his mates produced a string of irresistible pop-funk hits. Mind you, Cosmic Girl, Little L, Canned Heat, and Deeper Underground are not exactly bad. The "A Funk Odyssey" album still stands as one hell of a great record, along with one of the most beautiful artworks of the decade.

De It's Pop!

Following a five-year hiatus (the latest record, Dynamite, didn't leave much worth remembering), Jamiroquai are back with Rock Dust Light Star. It's hard to be fully enthused too. The funky flavor is still here, there's nothing dreadful, but the LP generally lacks a bang, … and hits. New single White Knuckle Ride aside, which is quite infectious and has a grate chorus, the rest doesn't measure to the band's groovy standards.

De It's Pop!

A live show generally makes things better, right? By playing a small, not at all designed for concerts central-Paris club last week, where you could barely see what was going on on stage, the band didn't make anything better. The setlist heavily featured new tracks the band served quit well. Too bad they failed to connect with the audience, which was of course expecting more hits. Jay Kay, not quite the crowd pleaser that night (let's say he was "tired", as the show only started at 11pm instead of 9:30), finally kicked things off near the end of the show, with Love Foolosophy and Deeper Underground. Still hitting the spot.

I'll be happy to watch the band again on a proper stage during a proper gig, with a better setlist featuring more old songs. In the meantime you should all listen to the band's best-of CD, they don't have much to add to it.

White Knuckle Ride (Live at the X Factor)


C'est toujours un peu douloureux de constater qu'on aime un groupe pour ce qu'il a été plutôt que pour ce qu'il est. C'est mon cas avec Jamiroquai
De ses débuts dans les années 90 à la fin de son règne au milieu des années 2000 le groupe emmené par Jay Kay a enchaîné les tubes au son pop-funk enlevé et souvent irrésistible. Cosmic Girl, Little L, Canned Heat ou Deeper Underground, c'était pas exactement n'importe quoi. L'album A Funk Odyssey s'impose encore aujourd'hui encore comme une vraie réussite (et a toujours un de plus beaux artworks de ces récentes années).

Après une pause de cinq ans (le dernier disque en date, Dynamite, n'avait pas vraiment marqué les esprits), le groupe revient avec Rock Dust Light Star. Là encore, on peine à s'enthousiasmer complètement. C'est toujours funky et jamais désagréable, mais l'ensemble manque un peu de relief et de tubes. A l'exception du premier single White Knuckle Ride, pêchu et doté d'un refrain imparable, le reste n'atteint jamais les standards groovy du groupe.

Le live sauve souvent ce genre d'impression moyennement enthousiaste. Mais en investissant une boite de nuit de la place de l'Etoile où la visibilité était quasi nulle étant donnée la configuration invraisemblable de la salle, le groupe s'est tiré une balle dans le pied. Chaud à défaut d'être chaleureux, le set a fait la part belle aux nouveau titres, certes excellemment servis par un groupe au diapason et un Jay Kay plutôt en forme mais guère volubile, mais jamais capables de mettre le feu. Il faudra attendre les derniers titres du show pour s'amuser vraiment. Eh oui, Love Foolosophy et Deeper Underground en live, ça se savoure très bien.

Reste maintenant à redécouvrir le groupe sur une scène adaptée, avec une setlist étoffée d'anciens morceaux en attendant, vous pouvez vous refaire le best-of, il n'y a pas grand chose à y ajouter.

No comments: