Pages

Monday, May 30, 2011

[EN FRANCAIS] Brigitte Fontaine miraculeuse (ou presque)


Les fidèles de ce blog vont penser que j'ai un faible pour les Brigitte. Après mon énorme coup de coeur pour le groupe du même nom, je vous propose de vous intéresser à une autre porteuse du sensuel prénom. : Brigitte Fontaine. J'aime bien Brigitte R. aussi, mais elle c'est ma tante, et elle ne fait pas (encore) de musique.

Brigitte Fontaine, c'est un monument de la chanson française. Ma première découverte de l'énergumène date des victoires de la musique 1998, où hagarde et pieds nu, crâne rasé et dénotant par rapport aux autres nommées, elle foulait la scène de la soporifique cérémonie. Moi, je regardais pour Zazie, qui d'ailleurs souffla cette année-là la Victoire de l'interprète féminine à la créatrice du Nougat. Pas franchement séduit, j'ai continué à suivre de loin les aventure de Brigitte Fontaine (par exemple un duo magique avec -M- sur Y'a Des Zazous) au gré de ses albums. Mais en 2011, son nouveau projet attire particulièrement mon attention. Un album concept, intitulé L'un N'empêche Pas L'autre et produit par Ivor Guest, où l'artiste revisite six de ses classiques, ressort trois morceaux rares, et enfin propose quatre titres inédits, le tout en duo. Et le casting en impose : Grace Jones, Alain Souchon, Matthieu Chédid, Jacques Higelin, Bertrand Cantat, Christophe, Emmanuelle Seigner ou encore Arno. Beaucoup d'hommes, des femmes de caractère, pour un projet à la classe folle.


Invité quelques semaines avant la sortie de l'album à le découvrir en studio en compagnie de Brigitte Fontaine elle-même et de son directeur artistique, j'ai pu avoir un avant-goût de la majorité des titres, joués pour la première fois. Un grand moment, dynamité par la présence décalée et les fulgurences parfois absurdes de celle qui semble avoir vécu plusieurs vies, qu'elle consume aussi intensément que les cigarettes qu'elle enchaîne à nos côtés. Les moins au fait de la longue et tumultueuse carrière de la chanteuse, dont je fais partie, ont pu rattraper leur retard avec ce disque en forme de résumé de luxe, sur lequel certaines des plus grandes stars de la chanson françaises se sont pressées. A l'instar de Bertrand Cantat, chanteur de feu Noir Désir, qui s'il est discret, n'a pas hésité à partager le micro avec son hôtesse le temps d'un duo prenant sur Les Vergers. De même Arno revisite avec elle Inadaptée, un titre de 1968 qui s'impose comme l'une des réussites de ce retour aux sources.


Les nouveaux titres sont bien sûr plus modernes et accrocheurs, à l'image de l'excellent Dancefloor, en duo avec la grande Grace Jones, admiratrice de longue date de Brigitte. Sur ce titre, Beth Ditto, elle aussi adoratrice de la Française était pressentie pour figurer sur ce single mais n'a pu rejoindre les deux autres artistes à temps pour finaliser le projet. Dommage, on aurait adoré entendre la voix puissante de la chanteuse de Gossip se mêler au duo.
Gilles de la Tourette, davantage vignette que chanson à part entière, est une bouffée d'air bienvenue dans un disque pas toujours joyeux. C'est en tous cas un album à découvrir pour replonger efficacement dans la carrière de cette artiste majeure. Je suis moins sûr de l'efficacité de la chose sur scène (où elle se produira le 29 juin prochain, au Bataclan), tant elle semble fragile et par moments déconnectée. Mais qui sait, la (bonne) surprise sera peut être au rendez-vous !

1 comment:

Anonymous said...

ALBUM EXCELLENT ! BRAVO BRIGITTE..