Pages

Monday, July 30, 2012

[NEW TALENT] Charli XCX - You're The One


Warning: this song is amazing.
You're The One should have been included in my Summer playlist cause it's damn good but I totally forgot to do so. At least Charli XCX gets a post of her own!
Learn more about Charlie here.
Download her mixtape on her website: charlixcxmusic.com

The album drops in October. 

Friday, July 27, 2012

Scissor Sisters - Let's Have A Kiki instructional video


"Filmed at the Kiki Institute Of Mental Instability". Amazing from head to toes.

[PLAYLIST] It's Summer '12!


What are the songs you are going to make unwanted babies/have shameful hot sex to this Summer? Here's what.



Electric Guest - The Bait
Just the sound of it makes me feel like I'm on holiday. Sadly, I'm not (yet). 


Noisettes - Winner
The Olympics may be starting today, but this is the only important thing: a new GREAT Noisettes song. Plus it's free on their Facebook page. And it's way better than official single "That Girl". New album contact is out August 27.



Misha B - Home Run
I like this first single from 2011 UK X-Factor contestant Misha B, she's giving Rihanna a run for her money. The song is awesome and she has some star quality. Let's see if she delivers after that.


Lou Doillon - ICU
Everything was here for me to hate this project (high-profile French actress singing) but I have to admit that this is stunning, classy, perfectly tailored for her. The album, Places, is out on September 3, and it's a total success on every level. Great A&R & project management here!


Faye - Water Against The Rocks
Hello, one of the best songs of the year! Amazing music from Sweden, of course. Facebook page here.


Thomas Azzier - Red Eyes
Amazing music from Sweden, part 2: Thomas Azzier has a very promising EP out, you should check it out. Free download of the song here.



St Lucia - All Eyes On You
This sounds a bit like All Saints' Pure Shores in a way, so I cannot not love it! Perfect Summer track. Here's the whole EP for you to listen to, while you're at it!


Florrie - Late EP


I feel like the worst pop blogger ever for writing about Florrie's amazing 3rd EP Late just now. You know how I feel about this super talented & clever artist (read here), her first two EPs were pop masterclasses in their own right. Late is a continued lesson in pop songwriting and production, with a daring artist and team proving pop can be super catchy as well as brilliantly crafted and more ambitious than a never-ending Katy Perry marathon of Hell. What I love about the tracklisting of this EP, is that it shows a real progression and increases in quality with every song. While Shot You Down is pleasant but not very original, I'm Gonna Get You Back takes two listens to reveal its magic. Every Inch is epic, and has backing chants reminiscent of Britney's Gimme More version from her Recent Femme Fatale Tour. To The End is one of the best songs you'll hear all year.

Now Florrie has signed to a major label, it will be interesting to see how she evolves both musically and creatively. With the first three records she's offered so far, there's no doubt she's got BIG things ahead of her. And it will only be justice that she's pop's next big thing. 


Paloma Faith - Blood Sweat and Tears
This is the only song that really caught my ear on Paloma's new album. I guess I was more charmed by the first one... Anyway: what a star.


Amelia Lily - You Bring Me Joy
The latest Xenomania victory was tailor-made for 2011 X Factor contestant Amelia Lily. It's high quality pop, like pretty much everything that comes out of the Xeno house. What a chorus!


Alt-J - Tesselate
This is perfect for an warm Summer evening, chilling with a grass of rosé while you're getting ready to go out. The album is equally beautiful, I highly recommend it.



Citizens! - Reptile
Their album was produced by Alex Kapranos, and you can hear the Franz Ferdinand frontman did quite a good job. Instant melodies and great pop/rock tracks. This record is a winner!



Scissor Sisters - Somewhere
The best track from their latest album Magic Hour is, just like Invisible Light on Night Work, right at the end of the record. It's kind of a treat for all those who give the album a full listen. I love this emotional electro-disco track. And apart from that, what do you mean you haven't watched my interview with the band??? It's here.


GUILTY PLEASURES

It's not really Summer without amazing guilty pleasures. 2012 isn't so generous in that regard, but those three are more than we could have hoped for. 

Owl City feat Carly Rae Jepsen - Good Time
I'm not a fan of Carly's mega hit Call Me Maybe (although its pop brilliance is difficult to deny, it's just reductive ;)) but her collaboration with former one hit wonder Own City is a jolly good track, full of carefree joy. Perfect for a roadtrip.


Lawson - Taking Over Me
UK boybands are on a roll this year! While I wasn't hooked on their first single When She Was Mine, this one sounds perfectly catchy and likeable right from the first listen. Plus, who doesn't like a decent boyband?


Little Mix - Wings
I've already told you how much I like this song, but now we have a video to go along with it. It's extremely (too) well marketed, so it should be a huge hit when it's released in about 53 years (at the en of August).



Happy holidays, y'all!

Monday, July 23, 2012

Mutya Keisha Siobhan are back and I'm happy


This is a pop fan's wet dream come true. Mutya Keisha Siobhan, the three original Sugababes are officially back together and releasing music very shortly.
While you can read a lot about it on Popjustice (who had the exclusive first interview), let's all remind ourselves of the brilliance of the whole thing.

1/ Overload: easily one of the 46 best songs of all time


2/ Run For Cover: totally among the 59 best songs ever


Then we all know what happened is Sugaland: Siobhan left and was replaced by Heidi (aka the most stupid popstar ever), then Mutya left and was replaced by Amelle, then Keisha was fired and replaced by useless Jade

Let us not forget that in their solo time, both Mutya and Siobhan released great records. The former had one fantastic single called Song 4 Mutya (Out Of Control) on her 2006 album Real Girl while the latter clearly wrote one of the 23 best records in the history of pop, her 2007 album Ghosts that is. Pure brilliance and fantastic songs.
Here's an example with Don't Give it Up.



Can't wait to hear what those three have been up to. Hopefully it won't suck, and will make 2012 a perfect girlband year, with the return of the Almighty Girls Aloud on the horizon, and the probable Spice Girls performance at the Olympics. And who knows, maybe the Dolly Rockers will finally release something? (let's hope they don't).

Tuesday, July 17, 2012

[LIVE REPORT] MADONNA'S MDNA TOUR part 2

C'est à mon tour de vous dire tout ce que j'ai aimé et moins aimé dans ce show grandiose. Et en préambule je tiens à préciser que ces places m'ont été offertes. Un immense merci pour cela à celle qui se reconnaîtra <3.



Tout ou presque a été dit sur le concert de Madonna au Stade de France le 14 juillet dernier. Bizarrement, si j’en crois ma timeline Twitter, l’arène géante de St Denis était the place to be. Bizarrement aussi, il ne m’avait pas semblé constater autant d’intérêt de la part de cette même twittosphère un brin opportuniste lorsque MDNA, le 12ème album studio de Madonna est sorti fin mars.

Ce disque, injustement descendu par la critique, n'est pourtant pas si mauvais qu’on a bien voulu le dire. Il a malheureusement été porté par les deux pires singles possibles : Give Me All Your Luvin’ d’abord, pour coller à la performance du Superbowl en février, puis Girl Gone Wild. Clairement, deux titres vulgaires, génériques et ennuyeux au vu du reste de l’album. Car oui, il y avait de quoi faire avec ce disque, entre l'excellent I'm Addicted, l'étonnant Gang Bang (qui sera le 4ème single), l'entêtant Love Spent ou encore Some Girls et Superstar.

C'est donc pour "défendre" (terme tout ironique lorsque l'on sait la promo inexistante assurée par Madge autour de la sortie de MDNA) son album que Madonna était à Paris samedi. Première étape française d'une tournée mondiale qui devrait s'achever en Australie début 2013, le show est arrivé rodé par une vingtaine de dates, depuis la première en Israel fin mai. Idéal donc pour le filmer en vue d'un futur DVD. C'est en tous cas ce que disent les écrans du stade.

Première pensée en arrivant à nos places pourtant en catégorie 1 (valeur : 127€ l'une) : on est loin ! Madonna étant une finaude et son tourneur Live Nation un coutumier de l'arnaque en stade, le dispositif scénique est fait pour une arena, ces salles couvertes de 15 à 20000 places type Bercy que l'artiste visitera en grande majorité lors de la partie américaine de sa tournée. Elle paraît donc minuscule dans l'enceinte du gigantesque Stade De France. Quel dommage, qui plus est avec un show pareil. Mais business is business, et 1 stade = 5 Bercy, le calcul est vite fait pour une star qui doit enquiller un maximum de dates en un minimum de temps, et surtout rentabiliser au plus vite les dépenses pharaoniques engendrées par une telle tournée. Je ne sais pas s'il y a un rapport, mais en 2008 Madonna remplissait deux Stades de France, quant aujourd'hui elle peine à en faire un complet. Une partie des fans se serait-elle déjà détournée de cet endroit uniquement adapté aux événements sportifs et à quelques rares concerts de rock (U2 ou Muse par exemple, qui eux, tournent avec une infrastructure adaptée à la taille du lieu…) ? J'ai envie de croire que oui.

Coucou Madou, t'es où ?
Laissons de côté ces considérations qui malheureusement dépassent notre champ d'action (à moins qu'on décide tous de boycotter les concerts en stade, c'est une idée ça!) pour s'intéresser au show en lui-même. J'ai aimé constater que nombre des esprits chagrins présents samedi n'avaient manifestement jamais assisté à un grand spectacle pop. Oui, il y a des écrans géants et des interludes. Oui, il y des danseurs, qui font partie intégrante du concert, au même titre que le groupe ou l'artiste. Oui, tout est millimétré et réglé à la seconde près. Oui, au moins de juillet le soleil se couche tard et donc le concert commence à 22h15 afin que chacun puisse profiter au mieux des effets de lumières et des projections (d'autant plus lorsque le show est filmé). Oui, Madonna parle peu à son public et le fait très rarement chanter en choeur. Je n'ai jamais vu de concerts-karaoké de Radiohead ou des Strokes. Perso le speech téléphoné de mi-concert me suffit largement. Et le fameux "ce soir on va tout niquer", qu'elle nous ressort à chaque fois. Bref, si tu veux voir un groupe tenir des instruments et des micros qui font des larsens entre deux chansons mit blagounette pour meubler : NE VA PAS VOIR MADONNA, tu vas être déçu et tu vas dire des conneries qui vont me saouler.



A ceux qui reprochent à Madonna sa distance avec le public, j'oppose ceci. Tout le respect qu'elle porte (ou non?) à ses fans ne se voit-il pas dans l'impressionnant travail fourni par une équipe de 200 personne chaque soir ? Dans les innovations technologiques souvent inédites déployées pour offrir une expérience audio-visuelle dont peu d'artistes sont capables ? Dans ces heures, ces jours de répétitions nécessaires pour atteindre un tel niveau d'excellence physique ? Dans cette volonté de réinventer ses classiques pour ne pas lasser les fans les plus fidèles ? Dans ce don de soi inhérent à un tel spectacle ?

Certes, elle ne chante pas toujours en live (tant mieux, ai-je envie de dire), bien sûr qu'elle use et abuse d'effets plus ou moins subtils (oh, des guns ! ah une fesse !), évidemment qu'elle ne fait pas de rappel (après 2h non stop), mais quel artiste le fait vraiment, sans qu'il soit prévu dans la setlist et que les séquences lumière soient préenregistrées ? Genre "bon, OK, je vous en refais une, mais franchement c'était pas du tout prévu"…

Après la quasi-cata du Sticky & Sweet Tour de 2008/2009, Madonna est de retour au sommet de son art, à savoir le méga-show brillamment pensé et exécuté. Chaque tableau contient une bonne idée, chaque mise en scène étonne, chaque centimètre carré de la scène est utilisé à bon escient. Les projections vidéos, qui font entièrement partie du show et ne servent pas qu'à habiller le fond de scène, contrairement à trop de shows qui s'en paient le luxe, sont toutes plus réussies les unes que les autres, les costumes sont sobres et bien vus (à l'exception de la jupette de majorette…). Bref, on retrouve avec bonheur l'excellence du Drowned World Tour (2001) et du Confessions Tour (2006), tous deux étant l'illustration du pop show à son plus haut niveau. Parmi les moments forts du show, on notera le sanglant Gang Bang, le sidérant numéro d'équilibristes sur fil durant un Hung Up décevant (car privé du sample d'Abba), Express Yourself/Born This Way/She's Not Me, l'interlude Justify My Love, juste sublime, tout le tableau "Masculine/Feminine" avec Vogue, Candy Shop, Human Nature et surtout Like A Virgin, I'm Addicted pour l'esprit transe et la chorégraphie et enfin Like A Prayer, seul titre à avoir mis debout le stade entier. Un gros bémol toutefois : Celebration en guise de morceau final. N'étant pas 1/ un bon morceau 2/ un tube, il peine à conclure le show sur le pic qu'il mérite. Music eut été un meilleur choix à ce titre. 






Je ne m'abaisserai même pas à évoquer l'âge de Madonna, sa forme olympique ou sa course à la jeunesse éternelle. Je me bornerai à penser qu'on a encore de la chance qu'elle soit toujours capable de proposer un tel show, de se renouveler et de réinventer le genre, lorsque tou(te)s les autres sont loin derrière. A l'exception peut être de Kylie Minogue, dont les spectacles grandioses ont le charme kitsch et la proximité qui font défaut à ceux de Madonna, mais qui elle, n'a jamais voulu (ou pu) passer le cap du stade, si impersonnel et frustrant pour les spectateurs. 


Quoiqu'il en soit, tant qu'elle sera valorisée par des artistes qui tiennent la notion de divertissement de qualité (que le français méprise si bien) en si haute estime, la pop a encore de beaux jours devant elle. 


[LIVE REPORT] MADONNA'S MDNA TOUR part 1 by @damitago

J'aime beaucoup Damien, qui sévit sous le nom de @damitago sur Twitter. Toujours drôle et doté d'une pop culture à toute épreuve, il a en plus le bon goût d'être un fan éclairé de Madonna. De ceux qui savent reconnaître quand elle fait n'importe quoi (I'm looking at you, Hard Candy!) mais qui surtout savent la célébrer quand il le faut. Il a assisté au MDNA Tour à Amsterdam, dans une arena donc, au contraire de moi qui l'ai vécu au Stade de France. Je vous propose de découvrir son live report (avant le mien plus tard dans la journée). Globalement nous sommes d'accord : le MDNA Tour démonte. 



On croyait l’avoir perdue. 

En 2008, Madonna sortait le premier mauvais album de sa carrière. Déjà ringard à peine sorti, « Hard Candy » était un disque de pop industrielle, pas inspiré, sans âme, ni joie, ni souffle, où pour la première fois depuis « Bedtime stories » Madonna ne cherchait ni ne trouvait le son pop du moment, mais se remettait à des producteurs-stars pour lui offrir le son en vogue (ou plutôt, le son en vogue 2 ans avant). La tournée qui suivait, le « Sticky & Sweet Tour », était à son tour la première mauvaise tournée de sa carrière. N’ayant plus d’idées nouvelles, elle y recyclait des idées jusqu’à se singer elle-même, se reposant sur des petites chorégraphies dignes d’un show de Loana sur un parking, au son de remix/mash-up bourrins d’une vulgarité inqualifiables. Avec sa gueule chirurgiée de poupée russe, dans de pathétiques tenues censées la rajeunir, elle parcourait sans fin pour la première fois les stades d’endroits invraisemblables, et on se disait que son contrat avec Live Nation avait finalement réussi à ce que la business woman prenne le pas sur l’artiste. Le nouvel album, « MDNA », était vite fait, sans âme, bourré de chansons sur lesquelles elle n’avait manifestement eu aucune implication créative. 

L’absence de promo, les clips vite faits, l’annonce immédiate de la tournée achevait de convaincre que pour elle, la musique n’était plus qu’un prétexte pour partir dans des tournées de plus en plus longues (9 mois pour le « MDNA Tour », contre 4 mois en moyenne auparavant). 
Et il y avait « W./E. », son film de réalisatrice qui, bien que bourré de défauts, était fait avec cœur, soin, y dévoilant des facettes d’elle jusqu’ici dissimulées. Bref, Madonna avait fait tout ce qu’elle avait à faire dans la pop, et ne faisait plus que de la musique pour partir en tournée, et ne partait plus en tournée que pour engranger du cash en attendant de pouvoir faire les projets qui lui tenaient vraiment à cœur .

Et puis…
 
Et puis, le « MDNA tour » est au niveau de ses meilleures tournées. Madonna s’y réinvente, en même temps qu’elle réinvente le genre. Madonna a inventé, en 2001, la forme du concert pop moderne que tout le monde depuis reproduit. Mais Jamie King, le metteur en scène habituel, n’est plus le metteur en scène de cette tournée. 
Résultat : plus de vidéo d’introduction, plus de découpage en 4 sections au thème style « cirque », « rock », « fête ». 
Au lieu de ça, une setlist thématique, presque narrative. Le début du concert raconte la descente aux enfers d’une gentille fille devenue « folle » (« Girl gone wild », qui commence dans une église avant de finir par faire la fête en disant, « like, hey hey hey »), dont les jeux dérapent un peu (« My love is a revolver, my sex is a killer ») avant de partir complètement en couille (« Gang bang », où elle tue les policiers à sa poursuite). Un bref écho de son passé ressurgit (« Papa don’t preach ») mais ne l’émeut pas (« I don’t give a fuck »). 
La partie sexuelle joue avec les identités de genre, la sexualité de groupe, se paye le luxe de donner une raison d'être à "Candy shop" (pas un mince exploit...) puis, dans une performance stupéfiante de « Like a Virgin », exprime la renaissance dans la douleur (je pourrais doubler la longueur de ce billet pour expliquer à quel point la performance de « Like a Virgin » est stupéfiante, mais ce ne serait pas raisonnable). 
La fin du concert repose sur le même principe d’organisation narrative de la setlist, en enchainant « I’m a sinner » où elle revendique son amour du pêché joyeux, qui se conclut par « Cyber-raga », obscure B-side de l’époque « Music » qui évoque son illumination spirituelle, avant « Like a prayer » pour finir, une fois la Lumière retrouvée, par une « Celebration ». 

Et le renouveau est poussé jusqu’à la mise en scène. L’arrivée dans l’équipe du metteur en scène du Cirque du Soleil se voit, tant les innovations sont nombreuses, les plus stupéfiantes étant les « drummer boys » posés sur scène par un bras mécanique, les cubes sur la scène et décor de théâtre au milieu d’un concert pop sur « Gang bang ». Et on a, de nouveau, le meilleur dans tous les domaines : les backdrops ne sont plus des fonds Windows Media, mais soit des éléments de décors (l’église pour « Girl gone wild », le chemin de fer pour « I’m a sinner ») soit une partie intégrante des jeux de lumière, mais ont en tout cas toujours une idée visuelle forte. Les danseurs sont géniaux, l’interlude sur « Best friend » montre un numéro de danse qui serait probablement gagnant à « La meilleure danse ». Chaque costume créé par Jean-Paul Gautier sur « Vogue » est une œuvre d’art. Et sur chaque chanson, un pas de chorégraphie, une idée de mise en scène dont le gif vous saute aux yeux. Les éclairages feront référence. Bref, on se retrouve sur chaque morceau à ne plus savoir où regarder tant il se passe de choses magiques en même temps. 

Et en plus de réinventer ses concerts, Madonna se réinvente elle même. 

Madonna est maintenant vieille. Elle a un peu arrêté la chirurgie lourde (bien éclairée ça fait illusion, de près elle a pris 10 ans), et son langage corporel ne ment plus : sa danse est moins dynamique qu’avant, et sa manière de se mouvoir montre qu’elle commence à approcher des 60 ans. Et c’est super. Les silhouettes qu’elle se créé pendant le concert, particulièrement la première, celle de vixen à mi-chemin d’un film de Russ Meyers et d’un James Bond, sont appropriées à son âge, ne cherchent pas à la dissimuler mais à l’exploiter. Ce qui est une innovation géniale : à quoi ressemble une silhouette pop féminine de 55 ans ? En y réfléchissant, on ne peut trouver que Cher comme exemple existant, mais Cher n’a jamais été une silhouette pop « active », il s’agissait plus de looks évoluant. Maintenant, on a une réponse : Madonna dans le MDNA Tour. Et ouais, Madonna montre ses fesses, se fait toucher par son mec de 24 ans en chantant « Erotica ». Le segment s’intitule « Transgression », parce qu’il travaille beaucoup sur la féminisation des corps masculins et inversement. Et parce qu’elle assume être sexuelle à son âge. Vingt ans après le livre « Sex », dont l’idée était de montrer qu’une femme pouvait contrôler, dominer sa sexualité sans être l’objet des hommes, Madonna se fout à poil quand ça veut dire quelque chose. Bref, Madonna semble enfin avoir compris que ce qui est révolutionnaire, ce n’était pas d’avoir 55 ans et de continuer comme si elle en avait 30, mais d’avoir 55 ans et de l’assumer sans renoncer à rien. 
Et elle redevient un peu humaine. Sur cette tournée, elle a pris l’habitude de faire ses répétitions devant les premiers spectateurs rentrés dans la salle. Ce qui est assez magique pour les mecs arrivés à 10h du mat’. Elle rend hommage dans une vidéo à de jeunes ados gays suicidés. Dans son discours, le 1er soir où j’y étais, elle prenait 2 minutes pour faire un discours gay-friendly. Le 2ème soir, elle prenait un moment pour remercier les fans qui venaient plusieurs fois, jurant qu’elle ne prenait rien de tout ça pour acquis, même au bout de 30 ans (?!). Et tout ça fait qu’au milieu de la tournée cash-machine, un petit lien personnel peut se reconstruire. 

Tout n’est pas parfait : les chansons en playback et la bande son de soutien, très présente, lui font une voix de chipmunk sous hélium aussi étrange que désagréable. Les chansons de son dernier album ne sont pas extraordinaires. Il manque peut-être une performance à couper le souffle en plus de « Gang bang » et « Like a Virgin ». La décision de jouer le spectacle en stade est impardonnable, tant il repose sur des mises en scènes théâtrales invisibles pour 95% des spectateurs de stade. 
Mais le « MDNA tour » confirme ce que les fans savent : avec ses tournées, Madonna a créé un genre, une forme d’expression artistique complète. Toutes ses autres activités – la musique, les clips, les photos, l’écriture, le cinéma, la comédie ne montrent que des facettes de son talent : le « MDNA Tour » les concentre toutes.


Sunday, July 01, 2012

Little Mix's Wings: that's what you call a proper girlband launch single


First listen: "erm, yeah, sounds ok"
Second listen: "this song is awesome"

So there it is: the Little Mix launch single is excellent, and has all it takes to position them as the next big UK girlband. I'm so relieved they didn't pull a Dolly Rocker on this one.
While the lyrics are clearly aimed at teens in a "you are beautiful no matter what they say" kind of way, this song sounds like a grown-up pop song, which is exactly what they needed. Remember when they were on X Factor, they always hit the spot when they were singing proper pop songs : Don't Let Go (Love), Telephone, You Got The Love...
Plus, it's not a craptrack about being out in the club or any other LMAFO-esque kind of shit, which s a real relief these days. Is good, traditional pop, back, at last? Let's hope so.

This is GOOD, people.